Salât al-janaza : tout savoir sur la prière mortuaire en Islam.

  • Acceuil
  • >
  • Blog
  • >
  • Fiqh
  • >
  • Salât al-janaza : tout savoir sur la prière mortuaire en Islam.

Salât Al-Janaza, également appelée prière mortuaire et prière funéraire est une obligation communautaire (Fardu Kifayah) ; c’est-à-dire que son accomplissement par une partie des membres de la communauté en dispense les autres. De fait, cette prière en Islam se veut des plus sublimes formes de la miséricorde divine et une façon d’honorer nos morts. Il suffit pour s’en convaincre de citer le fameux hadith de notre prophète (Que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) rapporté par Abdallah Ibn Omar (Qu’Allah les agrée lui et son père) où il dit : « Il n’y a pas un homme sur qui 100 personnes prient sans qu’Allah ne le pardonne ».

Au cours de cet article, nous allons découvrir ensemble tout ce qui est primordial à connaître sur la prière mortuaire, depuis l’agonie et jusqu’à l’enterrement.

La préparation du mort

Bien avant de nous pencher sur la prière mortuaire, son procédé, ses règles et ses conditions, il nous semble utile de passer en revue quelques recommandations prophétiques des plus utiles qui précèdent cette prière.

Recommandations prophétiques à l’agonie :

Notre prophète (Que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit dans un hadith rapporté par Mouslim : « Faites prononcer à vos morts « La ilaha illallah » ». Il a dit également dans un autre hadith rapporté par l’Imam Ahmad, Al-Nasa’i et Ibn Majah : « Lisez Yâ-Sîn pour vos morts » ; les Oulémas, d’ailleurs, expliquent ce hadith en montrant qu’il est recommandable de réciter cette sourate au moment de l’agonie du fait que sa récitation adoucit la sortie de l’âme. Il est ainsi recommandé de mettre l’agonisant en direction de la Qibla.

Recommandations prophétiques après la mort :

Quand la personne agonisante aura quitté enfin la vie, il faut lui fermer les yeux et la mâchoire, le couvrir, informer ses proches et amis, le préparer au plus vite pour le lavage, payer ses dettes, et faire sur lui la prière mortuaire avant de l’enterrer.  

La toilette mortuaire (Ghusl al-Mayyit) :

La toilette mortuaire est un rite funéraire musulman très essentiel du fait qu’il vise à purifier le corps du défunt et à le préparer pour son passage vers l’au-delà. Cela dit, ce processus implique des renseignements très stricts basés, essentiellement, sur les directives des textes sacrés. Cette toilette se réalise dans les plus brefs délais afin d’hâter l’enterrement du cadavre parce que dans les pays islamiques, l’inhumation doit avoir lieu dans les 24 heures suivant le décès.

Qui peut procéder à la toilette mortuaire ?

La condition sine qua non pour qu’une personne puisse procéder à la toilette mortuaire c’est de connaître, tout d’abord, les règles du lavage. La priorité est accordée à celui qu’a désigné le mort dans son testament si c’est le cas, puis à celui qui a été le plus proche de lui et ainsi de suite pourvu que ces personnes-là aient une connaissance des règles du lavage.

Le groupe des intervenants doit se composer de quatre personnes au maximum, tous purifiés au préalable.

Il est important de signaler que les femmes sont préparées par les femmes et les hommes par les hommes. Il se peut, néanmoins, que :

  • le mari s’occupe de son épouse, de ses fils et de ses filles de moins de sept ans.
  • la femme prépare  son mari ou  son fils à condition qu’il soit pré-pubère.

Il y a, toutefois, certains cas d’exception comme à titre d’exemple celui du martyr qu’on ne lave pas et qu’on n’habille pas. On prie sur lui et puis on l’enterre dans les mêmes habits qu’il portait au moment de son décès. On peut également citer, à cet égard, le cas du fœtus qui meurt après avoir passé quatre mois dans le ventre de sa mère. Il doit être, le cas échéant, lavé et bénéficie de la prière mortuaire.

Comment procéder au nettoyage du corps ?

Il y a une suite de renseignements à respecter concernant le nettoyage du corps du défunt, à savoir :

1- Le défunt doit être placé sur la table de lavage et ses parties intimes doivent être recouvertes. Ensuite, on doit procéder à son déshabillage puis le mettre à l’abri du regard des autres dans une pièce à part.

2- Il est préférable que celui qui lave le corps prenne un gant ou un tissu qu’il place autour de sa main.

3- Il lève la tête du mort vers lui, puis fait passer sa main sur son ventre et appuie dessus et nettoie les parties de devant et de derrière, en lavant les souillures qui les recouvrent.

4- Il met l’intention de procéder au lavage, et dit ‘bismillah’.

5- Il lui fait les ablutions comme pour la prière, mais ne fait que de passer de l’eau au niveau de sa bouche et de son nez, sans la faire rentrer dedans.

6- Il lave la tête du mort et sa barbe avec de l’eau du jujubier, ou avec du savon ou autre chose que cela.

7- Il lave la moitié droite du corps puis la gauche et termine par les autres parties de celui-ci.

8- Il est préférable d’utiliser du camphre au dernier lavage.

9-Puis, il essuie le mort.

10-Il enlève tout ce qu’il est permis d’enlever du mort, tels que les ongles, les poils pubiens et ceux des aisselles.

11-Il fait trois tresses aux cheveux de la femme, et les met derrière elle.

  • Le linceul (Al Kafan) :

Pour ce qui est des hommes, la tradition prophétique consiste à ce qu’ils  soient habillés de trois étoffes de tissus blancs en coton qui couvrent tous le corps.

Quant aux femmes, on utilise cinq étoffes de tissus en coton une qui sert de pantalon, une autre en guise de voile recouvrant la tête, une en guise de chemise et deux pour recouvrir le corps.

Concernant les enfants du sexe masculin, on utilise une seule étoffe, même si l’on peut en utiliser trois. Or, en ce qui concerne les enfants du sexe féminin, on utilise une étoffe en guise de chemise et deux draps.

Les étoffes doivent être empilées les unes sur les autres et parfumées avec le musc, l’ambre, le camphre ou autres, sauf si le décédé est un martyr.

La prière mortuaire (Salât Al-Janaza)

Il est indispensable de prier sur le cadavre de tout musulman avant son enterrement. La prière mortuaire se veut très particulière et diffère des autres prières classiques ; c’est une prière qui se prie debout, sans inclinaison ni prosternation. Ainsi, elle se compose de 4 étapes, dont chacune est séparée par un Takbir :

Comment faire Salât Al-Janaza ?

Le premier Takbir :

Après avoir dit « Allahou Akbar », il faut réciter à voix basse sourate Al-Fatiha :

بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ (1

الْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ (2) الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ (3) مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ (4) إِيَّاكَ نَعْبُدُ وَإِيَّاكَ نَسْتَعِينُ (5) اهْدِنَا الصِّرَاطَ الْمُسْتَقِيمَ (6) صِرَاطَ الَّذِينَ أَنْعَمْتَ عَلَيْهِمْ غَيْرِ الْمَغْضُوبِ عَلَيْهِمْ وَلَا الضَّالِّينَ (7(

1) Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

2) Louange à Allah, Seigneur de l’univers.

3) Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,

4) Maître du Jour de la rétribution.

5) C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.

6) Guide-nous dans le droit chemin,

7) Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.

Le deuxième Takbir :

Après le deuxième « Allahou Akbar », il faut réciter à voix basse la seconde partie du Tachahoud :

« اللهم صل على محمد وعلى آل محمد كما صليت على إبراهيم وعلى آل إبراهيم، وبارك على محمد وعلى آل محمد كما باركت على إبراهيم وعلى آل إبراهيم، في العالمين إنك حميد مجيد ».

« Mon Seigneur! Agrée les prières faites pour Muhammad et sa famille comme tu l’as fait pour Ibrahim et la sienne. Tu es digne de louanges et glorieux. Seigneur ! Bénis Muhammad et sa famille comme Tu l’as fait pour Ibrahim et la sienne. Tu es digne de louanges et glorieux ».

Le troisième Takbir :

Après avoir dit le troisième « Allahou Akbar », il faut invoquer Dieu à voix basse pour le mort :

« اللهم اغفر لحينا وميتنا، وشاهدنا وغائبنا، وصغيرنا وكبيرنا، وذكرنا وأنثانا، اللهم من أحييته منا فأحيه على الإسلام، ومن توفيته منا فتوفه على الإيمان »

« Ô Seigneur ! Pardonne à nos vivants et à nos morts, à ceux qui sont présents et à ceux qui sont absents, les petits comme les grands, les hommes comme les femmes. Ô Allah ! Celui à qui Tu as permis de vivre, fais le vivre dans l’Islam et celui dont Tu as repris l’âme, fais-le mourir dans la foi. »

Le quatrième Takbir :

Après le quatrième Takbir, on dit cette prière dite par le prophète :

« اللَّهُمَّ لا تحرمنا أجره، ولا تفتنّا بعده »

« Ô Seigneur ! Ne nous prive pas de sa récompense et ne nous égare pas après sa mort. »

Puis l’Imam fait le salut final.

Salat al-janaza est-elle interdite aux femmes ?

Il n’y a aucune preuve qui interdit aux femmes de participer à la prière mortuaire (Salât Al-Janaza). Il est, à ce propos, rapporté que `A’îcha (Qu’Allah soit satisfait d’elle) a assisté à la prière funéraire de Sa’d Abî Waqâs (Qu’Allah soit satisfait de lui) dans la mosquée du Prophète (Que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Par contre, le fait qu’elles suivent le convoi funéraire jusqu’au cimetière ou qu’elles se rendent auprès des tombes crée toujours une controverse entre les Oulémas. Il y en a ceux qui interdisent catégoriquement aux femmes de suivre le convoi funéraire. D’autres comme l’imam Malek et les savants d’Al Madina présument qu’il est préférable aux femmes de ne pas suivre le convoi funéraire, mais ne l’interdisent pas tout de même. L’imam Al-Boukhari et l’imam Mouslim ont rapporté qu’Oum Atiya a dit :  » Le Prophète, Que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui, nous a interdits d’assister aux funérailles mais il n’a pas insisté. « 

La femme en menstrues peut-elle faire Salât al-Janaza ?

Il est interdit à la femme qui a ses menstrues de se rendre à la mosquée et de participer, en conséquence, à la prière mortuaire. Notre prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) a été très clair lorsqu’il a dit : « Moi, je ne permets pas à celle qui voit ses menstrues ou à celui qui a la souillure d’entrer dans la mosquée ». Elle peut, cependant, réciter des invocations pour le mort, comme il lui a été permis également de participer au lavage d’une femme morte. Et Allah sait mieux !

L’enterrement musulman (Dafn)

Après salât al-janaza, le mort est conduit par un cortège funéraire jusqu’au cimetière. Une fois que le mort est mis dans sa tombe, il est recommandé à ceux qui l’ont escorté de réciter des prières et des invocations, de demander à Allah de lui accorder Sa grâce, et de l’affermir pour qu’il sache répondre aux questions des deux Anges qui vont l’interroger. Il est permis à ses proches et connaissances de faire montre de leur tristesse sans pour autant recourir aux actes prohibés durant les enterrements comme an-nadb et an-niyâha (les plaintes et les cris), l’arrachage des cheveux, l’invocation des morts (chirk), etc. D’ailleurs, le Prophète avait l’habitude de dire à ceux qui accompagnaient un mort après son inhumation:

« استغفروا لأخيكم، وسلوا له التثبيت، فإنه الآن يسأل »

« Implorez l’absolution pour votre frère et priez Allah de le soutenir car il est maintenant en train de subir un interrogatoire »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"E-mail invalide","url":"Site-web invalide","required":"Champ manquant"}

Voir notre programme pour apprendre l'arabe

apprendre l'arabe